Les chantiers

Des chantiers prioritaires ont été définis fin 2013 par la Direction Innovation
& Recherche

CAP SUR EXCELLENCE 2020 ET RÉSEAU 2020

Maintenance

MAINTENANCE

2016 est une année de transition pour le cluster maintenance. Afin de répondre aux enjeux de la réforme ferroviaire, ses experts se focalisent sur des sujets transversaux, tels que la robotisation des processus de maintenance, ainsi que sur les interactions, notamment celle du couple pantographe-caténaire. Pas moins de 19 projets ont ainsi été montés depuis le début de l’année. Huit sont entrés en phase de réalisation, parmi lesquels les projets TRACES, qui vise à mettre en place des moyens pour mesurer la raideur de la voie, et DIMIDO, qui entend définir un dispositif mobile ou fixe de détection d’obstacles sur les ouvrages d’art et les terres à risque. Il s’agit par ailleurs de créer des prototypes de cobots et d’exosquelettes. Un autre projet sur les impacts des conditions climatiques sur le vieillissement du rail a été lancé avec l’IRT Railenium.
Comme chaque année, de nombreux experts du cluster maintenance ont présenté leurs travaux lors du WCRR.
Le cluster compte désormais 28 nouveaux experts, avec pour la plupart des compétences dans les métiers de l’infrastructure et du matériel roulant. Le panel de compétences s’est également enrichi de profils spécialisés en informatique, matériaux et urbanisation.
valery.versailles@sncf.fr

OPTIMISATION DES RESSOURCES ET EXPLOITATION

OPTIMISATION DES RESSOURCES ET EXPLOITATION

Conclure et valoriser les projets en cours, contribuer au renouveau technologique et développer de nouveaux partenariats d’excellence, c’est le triple objectif que s’est fixé le cluster ORE pour 2016. Mené avec l’IRT System X, le projet MIC de modélisation du comportement des clients dans des systèmes de transport multimodaux est entré dans sa dernière ligne droite, avec un proof of concept prévu pour la fin de l’année. Un autre projet portant sur l’optimisation de l’offre de mobilité en zone dense a été lancé avec Transilien, avec la participation de l’université TU Delft.
Enfin, SNCF a soutenu la création de l’Institut de valorisation des données (IVADO) de Montréal ; ce soutien doit maintenant se concrétiser par la construction d’un programme de collaboration.
Ce premier semestre aura également été marqué par de nombreuses publications et interventions dans les congrès ROADEF, WCRR, TRISTAN et IEEE-ICIRT.
Au début de l’année, le cluster a accueilli sept nouveaux experts du réseau SNCF, spécialistes notamment des systèmes de signalisation appliqués à la gestion des circulations et des systèmes automatiques de transport (du type métro).
david.de_almeida@sncf.fr

ÉNERGIE

ÉNERGIE

Le cluster avait pour ambition de renforcer ses partenariats en 2016. C’est chose faite avec EDF (lire page 5) : des expérimentations concernant l’algorithme de gestion énergétique d’un smartgrid ferroviaire (réseaux de distribution d’électricité intelligents) ont démarré depuis le début de l’année. Toujours avec l’électricien, un interlab commun aura lieu en fin d’année sur le thème du routeur énergétique au travers une nouvelle génération de transformateurs. Une autre convention de partenariat a par ailleurs été signée avec l’ITE Efficacity dédiée aux solutions innovantes pour la transition énergétique des villes. Enfin, dans le cadre de l’entreprise commune Shift2Rail (lire page 30), le cluster multiple les échanges avec les partenaires européens sur le volet énergie. Il s’agit par ailleurs de mettre en œuvre dans les gares de Sarcelles et de Masséna les solutions de stockage et de récupération d’énergie de freinage étudiées les années précédentes. Un groupe de travail mène également une réflexion sur les limites et perspectives de la récupération d’énergie sur le matériel existant. Depuis le début de l’année, le cluster a vu l’arrivée de huit nouveaux experts de SNCF, dont un spécialiste de la traction. Une compétence très intéressante, pour les sujets liés à l’énergie et l’exploitation.
vincent.delcourt@sncf.fr

"SERVICES

SERVICES ET EXPÉRIENCE VOYAGEUR

Nouvelles mobilités porte à porte, accessibilité, services contextuels à bord, acoustique, perception des voyageurs, programme de renouveau technologique… le cluster est actif sur tous les fronts. Son ambition ? Faire émerger des services plus personnalisés, pour tous et au plus près des nouveaux usages. Dans le cadre de sa collaboration avec l’ENSCI*, pas moins de 12 nouveaux concepts de parcours différenciés en gare ont été développés. Deux études clients viennent par ailleurs d’être réalisées sur la perception multisensorielle et l’importance du cognitif dans la compréhension des gares par les voyageurs. À celà s’ajoute un prototype de l’application Ma Lanterne de guidage en gare des voyageurs, aveugles et PMR y compris. Une expérimentation client du prototype est actuellement à l’étude.
Plusieurs articles ont également été présentés au WCRR de Milan, au CFA (Congrès français d’acoustique au Mans, et aux JADT (les Journées internationales d’analyse statistique des données textuelles) à Nice. En avril, le doctorant Maxime Carron a soutenu sa thèse sur les méthodes et outils pour définir une identité sonore, appliquée à la SNCF. Les huit nouveaux experts Synapses qui ont intégré le cluster apportent de nouvelles compétences, notamment dans le domaine du cognitif.
david.sanz@sncf.fr
* École nationale supérieure de création industrielle

 

DATA, MOBILITÉ ET TERRITOIRE

DATA, MOBILITÉ ET TERRITOIRE

À l’image du projet VALOITI (VALOrisation des requêtes d’ITInéraires) qui vient de se terminer (lire page 24), les millions de données qui circulent dans les data centers représentent une formidable mine d’informations, pour mieux comprendre les flux de voyageurs. Mené en partenariat avec les filiales de Keolis, Kisio Digital et Kisio Analysis, ce travail exploratoire s’est révélé riche d’enseignements sur la demande de mobilité sur Transilien et Keolis Lyon.
Trois articles SNCF ont aussi été présentés en juillet lors du dernier Congrès mondial de la recherche sur les transports (WCTR) de Shanghai. Ceux-ci portent sur l’aide à la gestion des flux voyageurs à partir de mesures en temps réel, la valorisation des requêtes d’itinéraires et le modèle économique du porte à porte.
L’arrivée de 14 nouveaux membres issus du réseau d’experts scientifiques et techniques du Groupe a permis au cluster de renforcer ses compétences dans les domaines du revenu management, de l’économétrie, des systèmes d’information géographiques et de l’imagerie. Ces nouvelles connaissances lui sont précieuses, notamment pour mener à bien une mission sur l’imagerie (optique, radar, drone, satellite…), pour le compte du groupe SNCF. En partenariat avec le CNES (voir page 5), il s’agit notamment de réaliser un état des lieux des technologies existantes et d’imaginer de nouvelles applications innovantes.
maguelonne.chandesris@sncf.fr

Sécurité système

SÉCURITÉ SYSTÈME

Quinze nouveaux experts sont venus renforcer le cluster et apporter leurs compétences dans des domaines tels que la traction. Plusieurs participent au chantier de renouveau technologique de SNCF, dans lequel sont repris directement les résultats du minilab « Passage à niveau sans collision » de 2015.
Un projet de recherche a été par ailleurs lancé avec les 3 EPIC* SNCF sur la simulation dynamique du gabarit. Avec une idée forte : exploiter la précision d’outils de simulation numériques comme Vampire ou Simpack pour prédire les déplacements des points les plus critiques des véhicules et évaluer leur compatibilité avec les non-conformités de l’infrastructure.
De premiers projets devraient aussi démarrer à la rentrée dans le cadre de l’entreprise commune européenne Shift2Rail (lire page 30). Les travaux menés sur la localisation des trains par satellite avec le CNES et l’IFSTTARR s’intensifient et un groupe de travail a été lancé sur la thématique du « shuntage ».
L’objectif est aussi de s’intéresser à de nouveaux risques, et notamment aux risques naturels. Notons, enfin, que SNCF est devenue membre de la FONCSI (Fondation pour une culture de sécurité industrielle), ce qui donnera lieu à des travaux de recherche et à une thèse cette année.
franck.poisson@sncf.fr
* Établissement public à caractère industriel et commercial

cap-2020-developpement-durable

DÉVELOPPEMENT DURABLE

Les objectifs ambitieux de la COP21 montrent la voie à SNCF et nous invitent à imaginer les technologies de demain pour nos clients. Nous devons être en mesure d’apporter la vision transversale sur les enjeux de l’entreprise et de poursuivre les travaux dans les domaines d’excellence, en intégrant les apports des autres domaines et les contributions des sciences humaines et sociales. Le mode de pilotage de notre communauté s’adapte à la nouvelle gouvernance du Groupe, avec trois copilotes de SNCF, SNCF Mobilités et SNCF Réseau,. Dès l’automne, nous nous projetons avec l’écriture d’une feuille de route pour les cinq ans à venir. Plusieurs travaux ont été publiés depuis le début de l’année. L’étude TRANSFER, menée avec le MNHN, le CNRS, Écosphère et le CEREMA*, vise à analyser la transparence écologique des infrastructures ferroviaires. Dans le domaine de l’économie circulaire, une filière de recyclage industriel des vêtements professionnels a été lancée. Un de nos experts a présidé la session bruit de transport du Congrès français d’acoustique. Et un jardin dessiné par une de nos équipes a été sélectionné pour l’exposition « Jardins, jardin» organisée aux Tuileries début juin.
Quatre nouveaux experts nous ont rejoints. Issus notamment de SNCF Réseau et de la filiale AREP, ils apportent une vision élargie du groupe et viennent renforcer les compétences en acoustique, écoconception, évaluation environnementale et biodiversité.
benoit.aliadiere@sncf.fr
anne.guerrero@sncf.fr
yannick.matillon@sncf.fr
* Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement

4974 vue(s) en tout 2 vue(s) ce jour

Laisser un commentaire

*

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.